top of page

PARIS NICE CHALLENGE 2024 : Fred nous raconte !



Parti chercher le soleil sur la côte d’azur , les algorithmes d’internet m’ont rapidement , lors de mes recherches de circuits, orienté vers le PARIS NICE CHALLENGE.



Organisé comme l’étape du Tour par ASO , il permet de parcourir en mode randonnée (pas de prise de chrono) la veille des pros, la dernière étape du PARIS NICE . Au programme 120 km et plus de 2000 mètres de dénivelé. Avec 5 cols de l’arrière pays niçois, et une « patate » nommée le col d’Eze. J’ai loué pour l’occasion un vélo route BMC, ayant fait le déplacement en avion.


Une première pour moi cette sortie semi montagnarde aussi tôt dans la saison. Même si ce n’est qu’une cyclo rando. La veille , la météo indiquait la pluie à partir de midi. A 7h15 en quittant l’appartement, il pleut déjà…et au départ à 8H00 je dois mettre l’imper, la randonnée va être humide.




Au départ 1800 cyclos avec départ par petits groupes d’une dizaine toutes les 15 secondes. (la route étant ouverte il faut éviter les gros pelotons). Quelques randonneurs mais aussi pas mal de coursiers locaux qui partent à bloc. Je préfère partir prudemment avec un autre cycliste qui me relaie.






Après 20 km dont 10 en faux plat montant , vent de face sur une voie rapide , on attaque le premier col qui se passe bien. Les cols s’enchainent avec des descentes techniques en lacets où il est difficile de prendre de la vitesse mais ayant vu quelques chutes sans gravité sur les routes glissantes, les virages se prennent au ralenti.


Le 4ème col arrive au 70ème km avec le col de Peille annoncé pour 7 kms à 7% mais comme il y a 1 km presque plat au départ , on est plutôt sur 6 km à 8, 5%. Pas facile, le compteur est régulièrement à 9 ou 10%.  La nature est belle  et les villages perchés  sont sympas mais le temps ne permet pas d’en profiter . J’ai même un peu froid aux mains, malgré les gants, il doit faire 3° en haut à 700 m…Vraiment dommage car le parcours qui se termine par des gorges le long d’une rivière et ses cascades, puis la corniche au dessus de Monaco, Villefranche serait impeccable par temps sec et ensoleillé.


Arrive le haut du col d’Eze, avec des passages (plusieurs centaines de mètres) à plus de 15%. En voulant alléger la pente, je commence à zigzaguer et …je glisse sur un zebra humide, comme un c.. à 7kmh…plus de peur que de mal, ni pour moi ni pour le vélo. Je sais qu’il reste le chemin du vinaigrier, une boucle  à faire une fois descendu sur Nice mais les mecs de mon groupe, du coin , le zappent et m’ayant expliqué le truc (4 kms à 9% dont au moins 700 m à 16/17%), les cuisses commençant à chauffer et ayant hâte de prendre une douche bien chaude, je pars avec eux,  directement vers l’arrivée avec le soleil venu nous narguer juste à la fin.


Une belle organisation, un parcours magnifique, des bons ravitos avec des bénévoles sympas. A refaire , mais avec le soleil !!


Merci Fred pour ton témoignage et encore bravo !


Félicitations de toute l'Equipe PCCT









119 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page